Régulièrement je prépare mon gomasio. Toute la famille adore ce bel et bon assaisonnement. Le GOMASIO tire son nom du japonais goma : sésame et shio : sel. Il est utilisé depuis des siècles au Japon.

C'est l'un des principaux composants de l’alimentation macrobiotique ; il a été introduit en France par George OHSAWA, maître MACROBIOTE.

La graine de sésame qui le compose facilite l’absorption des minéraux du sel. Et c'est grâce à son huile, qui enrobe le sel et le protége, qu'il permet d'être mieux assimilé par l'organisme. Cette huile qui est justement le principal constituant des graines de sésame renferme plus de 40 % d’acides gras mono-insaturés (le fameux OMEGA 9). Le gomasio est un bon aliment pour notre santé.

Le gomasio qui se  trouve tout prêt en magasin bio, peut également être fait soi-même, de manière très simple : il suffit de faire griller 100g de graines de sésame complet dans une poêle sur feu doux. Dès qu’elles commencent à sentir bon la noisette grillée, retirer du feu puis laisser refroidir. Il suffira de les broyer au Suribachi avec 10 g de sel fin marin et Bio, si possible (si tant est qu'un sel marin puisse être Bio). Le SURIBACHI est ce mortier rainuré Japonais que l'on utilise avec un pilon nommé SURIKOGI. Il est beaucoup plus efficace que nos mortiers européens, en tout cas pour préparer le gomasio !

Mon SURIBACHI avec le SURIKOGI  (Cliquer pour agrandir)

Gomasio_Suribachi_1  Gomasio_Suribachi  Gomasio_Suribachi_2

Gomasio_Suribachi

 

Si l'on ne possède pas de Suribachi, l'on peut utiliser le mixer ou le moulin à café. Ne pas trop écraser (ou mixer) le sésame. Le goût du Gomasio est absolument divin. Il peut être utilisé comme complément d'assaisonnement à saupoudrer sur les légumes vapeur, les salades (surtout les vertes) ou tout simplement sur une tartine de beurre ou de fromage fondu, style Philadelphia ou Saint-Morêt. Je le garde dans un bocal en verre.